VOILÀ CE QUE JE SUIS

… quand je serai grande !

« Sous forme d’un texte libre, projetez-vous dans une vingtaine d’années et racontez votre vie telle qu’elle est à ce moment-là. Vous utiliserez le présent. »

Nafissa est venue régulièrement et fidèlement aux ateliers d’écriture du collège Henri Barnier à Marseille. Il ne fut pas difficile de solliciter son imagination pour l’entraîner dans cette toute première histoire. Nul ne peut douter, en la lisant, qu’elle a, du haut de ses douze ans, un talent réel et déjà affirmé de conteuse.

Et dans sa vie future, n’est-elle pas scénariste ?


Qui suis-je ?

Je viens d’avoir 29 ans et je vis dans une belle villa. J’ai une adorable petite fille, son surnom, c’est Choupinette mais son vrai prénom, c’est Natacha. Elle a les yeux verts et un peu marrons aussi, comme son père, et de longs cheveux noirs et bouclés. Mon mari ? Il s’appelle Ryan B.Scott. Ah, j’ai oublié de vous parler de ma maison : il y a quatre chambres (au cas où j’aurais d’autres enfants. La chambre de ma fille est rose et elle est remplie de posters de Sandy, la chanteuse à la mode, vous savez ? Ma chambre est beige avec un grand lit au milieu et deux petites commodes et il y a une salle de bain ainsi qu’une autre au fond du couloir. Il y a aussi une pièce où l’on peut travailler tranquillement avec un ordinateur et une imprimante couleur. Sur le mur, il y a une grande carte du monde. J’ai une cuisine anglaise avec un comptoir, un lave-vaisselle, une belle cuisine entièrement équipée, un frigo américain et des placards au mur. Dans mon salon, il y a une grande télé dans un grand meuble vitré où j’ai mis les photos de ma famille et de mes amis. Il y a aussi un canapé anglais et un fauteuil sur lequel seul mon mari Ryan peut s’asseoir (ça, c’est lui qui le dit !). La buanderie est au sous-sol avec une machine à laver automatique. Mon garage est normal, sauf que maintenant, pour y entrer, il faut taper un code et introduire une carte digitale.

À quoi je ressemble ?

Mon physique ? Moi je le trouve normale. Je n’aime pas trop me vanter ni me dévaloriser ! Je trouve idiot que les gens jugent le physique au lieu de regarder ce qu’il y a dedans ! Les gens du XXIème siècle sont si superficiels, ça me dépasse ! Quand j’étais petite, j’étais grosse et les gens me jugeaient déjà juste à cause de çà ! Avant pour que les gens soient tes amis, il fallait que tu t’habilles dans la mode, soit être belle, soit être un voyou ! Alors moi, maintenant que je suis adulte, ça passe au dessus de ma tête.

Bon je dois aller chercher ma fille à l’école ! Excusez-moi !

Où je vis ?

Dans une ville très très belle : Taragna. Dans une partie de cette ville, il y a beaucoup d’immeubles, de musées, de magasins, mais trop de routes ! Dans une autre partie, plus éloignée, c’est plus calme : il y a des forêts, des rivières, des lacs et des animaux. C’est en France. Il y a eu beaucoup de changement depuis dix-sept ans. Déjà, les portables n’ont plus de touches et on voit la personne à qui l’on parle en hologramme. Il y a des voitures volantes, on fait plus attention à la nature qu’avant. On met de la nourriture en poudre dans le four micro-ondes et ça devient de la nourriture normale. Je bois du laitchin’ à la fraise, du pip-pop au kiwi poudratomique et ma fille Natacha prend des céréales Blap-Blap et Blip-Blap avec du sirop de Malo. Elle se régale !

Ce que je fais ?

Je suis réalisatrice de cinéma et j’ai pour l’instant réalisé dix films dont un qui m’a rapporté un Oscar : il s’appelle « Si tu savais ! ». J’ai fini mes études, bac+3. Ce que je voulais faire, c’était soit actrice, soit archéologue… C’est sûr que maintenant, archéologue, je ne peux plus le faire mais actrice, ç’est encore possible ! C’est vraiment génial car dans mon métier, c’est moi qui commande, il y a beaucoup de rires avec les acteurs et bientôt, je vais faire un nouveau film qui va s’intituler « Tu me l’as promis ! ». L’actrice vedette sera Angeli Stanne, c’est une enfant, elle a une très belle carrière devant elle. Quand j’aurai fini ce film, j’en ferai un autre qui s’appellera « Double vie » et je serai actrice avec Dan Buster. C’est l’histoire d’une fille qui mène une double vie. D’un côté, elle est secrétaire et de l’autre, elle est tueuse en série. Dans ce film, je m’appelle Ameli King et Dan, c’est Kris Stoirte. Il fait tout pour arrêter Ameli car il est tombé amoureux d’elle. Alors, il entre dans le même gang qu’elle. La suite ? Je n’ai pas le droit de la dévoiler pour le moment, même à vous ! Enfin, j’écris avec une amie un scénario intitulé « Il était une fois », inspiré par un film hindou « Kuch Kuch Hota Hai ». Vous voulez que je vous en raconte un petit bout ? Si vous insistez, sachez que c’est l’histoire d’un garçon qui se prénomme Kris et sa femme Roni meurt en donnant naissance à un bébé. A chacun de ses anniversaires, elle reçoit une lettre. Pour ses neuf ans, elle reçoit la dernière dans laquelle on lui raconte son histoire, ainsi que celle de son père, de sa mère. Kris, quand il était jeune était un vrai frimeur, Naïma sa meilleure amie était un garçon manqué. Chaque jour, ils jouaient mais Naïma gagnait souvent. Si c’était Kris qui gagnait, c’était en trichant. Ouh la la, j’en ai encore trop dit ! Ma mère m’a toujours dit que je parle trop mais je ne peux pas résister !

Désolée !

Mes distractions ?

Demain je vais voir la pièce de théâtre d’une de mes amies, elle s’appelle « Mademoiselle », je vous en raconte le début ?

Écoutez, enfin, lisez !

— PREMIER ACTE —

Nagid s’approche de Mademoiselle Stan qui est en train de boire son thé :

Nagid : Mademoiselle, mademoiselle !

Melle Stan : Qu’y a-t-il ?

Nagid : Votre … père vous demande !

Melle Stan : Oh ! Que me veut il encore, celui là ?

Nagid : Il veut vous parler de quelque chose d’important !

Melle Stan : Bon, j’y vais ! Attendez ici !

Nagid : Oui Mademoiselle !

Elle part et retrouve son père qui l’attend sur son trône.

M. Stan : Ma chère fille, je vais te marier avec le duc Lewis !
Melle Stan : Alors là, vous pouvez toujours courir et même courir très vite !

M.Stan : Pourquoi ? Vous ne le trouvez pas mignon ?

Melle Stan : Ce n’est pas çà mais ce n’est pas mon style ! Bon ? Est-ce que je peux partir maintenant ?

M. Stan : Bien sûr !

Melle Stan : A tout’ !

Mademoiselle Stan file dans le jardin pour continuer à boire son thé. Son père reste seul dans son château.

M. Stan : Bon ? Et maintenant, comment je fais ? Il vient tout à l’heure pour se marier avec ma fille !

Dans le jardin :

Nagid : Alors mademoiselle ?

Melle Stan : Mon père veut que je me marie avec Lewis ! Tu te rends compte !

Nagid, servant le thé : Oh oui, mademoiselle, ce n’est pas très correct.

Le duc Lévis arrive tout à coup dans le jardin.

Lewis, poussant Nagid : Bien le bonjour, mademoiselle Stan.

Melle Stan : Oh non ! Pas lui !

Elle se lève.

Melle Stan : Bonjour Monsieur Lewis.

Lewis : Comment allez-vous aujourd’hui ?

Melle Stan : Bien … Je vais mal !

Lewis : Pourquoi ?

Melle Stan : Parce que vous êtes là !

Lewis, vexé : Allez, arrêtez de plaisanter : dites-moi pourquoi vous allez mal ?

Melle Stan : Je vous l’ai dit : parce que vous êtes là !

Lewis : Arrêtez maintenant !

Melle Stan : Je vais mal à cause de mon père.

Lewis : Pourquoi votre père ?

Melle Stan : Parce qu’il veut que je me marie avec vous, et moi, je vous trouve moche et débile

Lewis : Avez-vous besoin d’être aussi franche et directe ?

Melle Stan : Oui !

Lewis : Et votre père ne vous a rien dit ?

Melle Stan : Quoi !

Lewis : Que nous nous marions aujourd’hui !

Melle Stan : Quoi ?

Lewis : Mais ! Mais ?

Melle Stan : Il n’y a pas de mais ! Je vais voir mon père sur le champ.

Nagid : Je peux vous suivre ?

Melle Stan : Oui Nagid !
Elle part énervée retrouver son père.

Melle Stan : Père, je suis en colère !

M. Stan, tout bas : Oh non ! Elle le sait !

Melle Stan : Pourquoi ne m’avez-vous pas dit que j’allais me marier aujourd’hui avec Lewis ?

M. Stan : Parce que je savais que tu allais t’énerver !

Melle Stan : Ce n’est pas une raison !

M. Stan : Mais si !

Melle Stan : Mais non !

M. Stan : Mais si !

Melle Stan : Mais non ! Arrêtez tout cela : je pars et je ne reviendrai plus !

Elle quitte son père et emmène Nagid avec elle. Son père tente de l’arrêter sans y arriver. Lewis l’attend devant le château.

Lewis : Alors ? Vous ne voulez pas vous marier avec moi ?

Melle Stan : Vous rêvez !

Nagid : Je peux vous parler ?

Lewis : Ah vous le domestique, la ferme, laissez-nous parler !

Melle Stan : Ne lui parlez pas comme çà !

Lewis : Et pourquoi ?

Elle hésite.

Melle Stan : Parce que … c’est mon fiancé
Lewis et Nagid, en chœur : Quoi ?

Ils se regardent l’un l’autre.

Lewis : C’est votre fiancé et il ne le sait même pas ?

Melle Stan : C’est parce que je ne lui ai pas encore demandé.

Elle se tourne vers Nagid.

Melle Stan : Je vous aime : voulez-vous m’épouser ?

Lewis : C’est trop drôle ! C’est la femme qui demande à l’homme de l’épouser !

Melle Stan : Vous riez mais vous êtes jaloux.

Lewis : Alors, Nagid ?

Nagid : Bien sûr !

Lewis : Et moi alors ?

Melle Stan : Vous n’avez qu’à chercher une femme assez bête pour aimer un zouave !

Melle Stan et Nagid partent en riant.

M. Stan : Ma fille ! Restez ! J’annule le mariage.

Melle Stan : Pourquoi ce revirement, père ?

M. Stan : Car ta mère arrive, et si elle sait que j’ai pris une décision sans la consulter, elle me tuera !!!

— FIN DU PREMIER ACTE —

Pas mal hein ?

Comme autres distractions ? Les personnes connues quand j’avais quatorze ans ne le sont plus du tout aujourd’hui. Les chanteuses sont Sandy, la star préférée de ma fille, Jone Stone, Angélina, Mitch, etc. Au cinéma, bien sûr Dan Buster avec qui je travaille, Ryan Scott, mon mari et Alina Lee, James Karsan, Mili. Pour la télé, c’est cool, tu mets des hologrammeurs sur le sol et tu la vois en 3D. Des inventions ? Le Bubble. C’est une crème que l’on met pendant trois jours et ensuite, on n’a plus de boutons. J’ai aussi un appareil photo qui bouge comme dans Harry Potter, vous savez, ce livre que je lisais quand j’étais petite, il y a bien longtemps. Ce week-end, avec mon mari et ma fille, on va au King Palace, vous connaissez ?

Plus tard ?

Je ne vous ai pas tout dit ? Ce que je veux pour plus tard, c’est tout faire pour que ma famille soit heureuse et surtout m’occuper de mes parents car c’est grâce à eux que je travaille et que je suis ce que je suis aujourd’hui. Tiens, mon mari a encore oublié son parapluie ! Ce qu’il est tête en l’air ! J’aimerais aussi que ma fille arrête de boire au biberon : j’ai beau le cacher, elle le retrouve toujours ! Vous savez ? Je continue à rêver, comme quand j’étais petite. Mon dernier rêve ? C’était la semaine dernière, Je me dirigeais vers le collège comme d’habitude mais arrivée à la porte, il avait changé : le bâtiment était une gigantesque tour, et il ne pleuvait qu’en haut, sur les derniers étages. Tout à coup, il y eut un ricanement très aigu et je me retournai pour découvrir un homme avec des petits yeux, un gros ventre et des cheveux courts.

« Je suis le nouveau directeur », dit-il. « Ce n’est plus un collège ordinaire, c’est une école de sorcellerie ! »

Je pensais qu’il mentait mais voyant des élèves voler au dessus du collège sur des balais, je ne le pensais plus.

« Viens, je vais te faire visiter l’école ! Tu veux ? »

Je lui demandai son nom, timidement. Il me répondit :

« Je suis Monsieur Lavoie ».

Il m’emmena dans un couloir qui me semblait sans fin. Nous arrivâmes enfin au bout et je vis des escaliers qui bougeaient dans tous les sens. Nous réussîmes quand même à en attraper un. Nous étions alors dans une salle de classe.

« Voila la salle de Formule et de Potion » me dit Monsieur Lavoie. « Les élèves ont mélangé de la bave de chien, des poils de chat, un pincée de poudre de Perlimpinpin et une touche de rire. Ils vont dire la formule magique ! »

« Mouchi Tchichi Samba !!! » crièrent-ils tous sans exception.

Et tout à coup, une explosion ! Les uniformes des élèves changèrent de couleur, passant de noir à arc-en-ciel. Je fus éblouie par leur talent !

« Tu peux le faire si tu veux !» me propose le Directeur.

« Je peux ? » lui répondis-je, heureuse.

Je fis pareil que les élèves et tout fonctionna correctement. Évidemment, ce n’était qu’un rêve mais quand je partis m’habiller avant d’aller sur le tournage de mon film, je trouvai dans ma poche une formule magique qui me fit sourire !!!

Comme quoi, tout n’est pas que rêve dans la vie !!!

Épilogue :

Aujourd’hui, c’est la dernière fois que je vous raconte mon histoire. Cela a été trop cool de parler avec vous… Depuis que j’ai quitté le collège, tout a changé, maintenant, j’ai une fille, un mari, alors qu’avant, j’étais innocente ! J’aimais rêver, et si jamais je me réveillais trop vite, j’inventais la fin. Depuis, j’ai réalisé mes rêves, tous mes rêves ! Ma mère voulait que l’on ait une entreprise familiale, c’est fait ! Mon frère est ingénieur (il fait les effets spéciaux dans mes films), ma plus petite sœur est danseuse et la grande est styliste. Parfois, on travaille tous ensemble.

Bon, je vous laisse, j’espère qu’on se reverra dans de nouvelles aventures et que ma fille arrêtera la tétine, je vais d’ailleurs la cacher en haut du frigo, comme on a fait avec ma sœur quand elle était toute petite.

À bientôt !

2 comments

  1. Martine V dit :

    Continuez sur cette voie, c’est un plaisir de vous suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

ARDEMO.FR - Thierry BRAYER © 2017